Diane Guay, professeure – Université de Sherbrooke

Description

Contexte : qui dit soins palliatifs, dit encore trop souvent oncologie. Pendant plusieurs années, le corpus de connaissances, des normes de pratique et de l’expertise en soins palliatifs se sont principalement construit auprès de personnes atteintes de cancer. Cette intime et tenace association présente un défi de taille au développement des soins offerts aux personnes souffrant de maladies chroniques potentiellement fatales, admis dans des secteurs d’activité non traditionnellement dédiés aux soins en fin de vie. Ce défi est d’autant plus important pour l’Unité des soins intensifs (USI) que le mandat, socialement accepté et hautement valorisé de ce service ultraspécialisé, vise la sauvegarde, le maintien et l’amélioration des fonctions vitales. Or le taux de mortalité particulièrement élevé à l’USI et les nombreuses études démontrant la persistance d’insatisfactions et de lacunes dans la prise en charge de la clientèle mourante à l’USI exige une prise de conscience collective afin de reconnaitre que la fin de vie fait inévitablement partie des soins critiques et que nos pratiques doivent nécessairement s’adapter à cette réalité. But : cette communication propose d’explorer les principaux enjeux spécifiques à ce secteur d’activité en matière de fin de vie. Nous aborderons notamment l’expérience de mourir aux soins intensifs sous l’angle des familles et des soignants, les principales barrières et une revue des initiatives visant à faciliter l’intégration de l’approche palliative en soins intensifs. Perspectives : face au défi d’une population vieillissante et atteinte de conditions complexes, l’intégration de la philosophie des soins palliatifs dans les milieux de soins aigus figure incontestablement parmi les meilleures approches visant à rétablir le caractère global du soin et à rehausser l’intégrité de la personne, de sa famille et des membres de l’équipe.

[pdf-embedder url=”https://www.aqsp.org//wp-content/uploads/securepdfs/2015/06/GUAY-Diane_A8.pdf”]