Communiqué de Presse

Le 5 avril 2012

De : Réseau des soins palliatifs du Québec (RSPQ)

Pour diffusion immédiate.

Le Réseau de soins palliatifs du Québec réagit.

Montréal – Le 27 mars 2012, la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité présentait son rapport.

Les membres du conseil d’administration du Réseau de soins palliatifs du Québec reconnaissent le sérieux de la consultation et de la réflexion des membres de cette commission. Le Réseau a fait part de sa position à la commission. Nous attirions l’attention sur la nécessité d’utiliser un vocabulaire précis, sans ambiguïté. Nous mettions en évidence les besoins de la population, des professionnels de la santé pour une meilleure information en ce qui concerne la fin de vie, le traitement de la douleur ou autres symptômes et les soins palliatifs. Enfin, nous reconnaissions que les différents impacts de l’euthanasie étant mal connus, nous invitions les parlementaires à la plus grande prudence. L’euthanasie ne pouvait en aucun cas être considérée un soin, encore moins un soin palliatif.

Le conseil d’administration du Réseau de soins palliatifs du Québec est satisfait de constater que la commission reconnaisse que les ressources en fin de vie soient nettement insuffisantes pour répondre aux différents besoins des Québécois. Il rappelle que ces soins ne s’improvisent pas : ils exigent une approche interdisciplinaire, des connaissances spécifiques, des habiletés diverses, dont une communication appropriée. L’ajout de ressources s’impose afin de réaliser la mise en œuvre de la Politique de soins palliatifs, tel que souhaité par la Commission. Il faudra plus que de la bonne volonté.

Nous demeurons perplexes quant à l’utilisation de l’expression « aide médicale à mourir ». Pourquoi ne pas utiliser le terme connu d’euthanasie ? L’expression retenue peut laisser entendre que toute intervention médicale à la fin de la vie, qui contribuerait à améliorer la qualité de vie des derniers jours (aider à mieux mourir), pourrait être considérée de l’euthanasie. Il est si facile de tout confondre….

Considérant que pour Le Réseau, les soins palliatifs veulent améliorer la qualité de vie et amoindrir la souffrance des personnes en fin de vie, tout en permettant une mort naturelle en son temps, il est essentiel que les ressources allouées respectent cette approche. Les milieux de soins palliatifs doivent demeurer des endroits qui offrent des soins holistiques, en toute sécurité (et perçus comme tel) à la population du Québec.

Nous insistons que tout comité qui s’intéresse à la fin de vie, la sédation ou tout autre aspect, inclut parmi ses membres, des professionnels de la santé avec une expérience reconnue en soins palliatifs.

Les soins palliatifs de qualité sont la seule réponse responsable à la souffrance des personnes en fin de vie, à la souffrance de leurs parents et leurs proches.

Le Réseau de soins palliatifs du Québec est une association dont la mission vise à faciliter l’accès à des soins palliatifs de qualité à l’ensemble de la population québécoise. Le Réseau est un point de rassemblement pour toutes les questions touchant l’information, la diffusion, la promotion et la formation en soins palliatifs et soins de fin de vie. Le Réseau compte plus de 1000 membres, représentant une grande diversité de disciplines et de bénévoles, provenant de toutes les régions du Québec.

Signé par le comité d’éthique du Réseau des soins palliatifs du Québec

Renseignements:

Jessy Savaria, CPA, CMA
Directeur général
Réseau de soins palliatifs du Québec
514-826-9400

Laisser un Commentaire

*

captcha *