Guy Jobin, professeur titulaire – Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

Description

La dimension holistique des soins palliatifs incite les cliniciens à être attentifs à l’expérience spirituelle vécue, en plus des autres dimensions (biopsychosociales) en fin de vie. Si la spiritualité est définie dans les manuels de formation, il y a peu d’études qui ont été faites sur ce que les cliniciens en exercice pensent de la spiritualité. Comment les cliniciens (infirmières, médecins, travailleurs sociaux, intervenants en soins spirituels) impliqués en soins palliatifs conçoivent-ils la spiritualité ? Quels sont, pour eux, les signes d’une expérience spirituelle vécue en temps de maladie ? Pour répondre à ces deux questions, je présenterai les résultats d’une étude menée auprès de cliniciens de différentes professions soignantes, dans quatre unités de soins palliatifs des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Les participants pourront constater que les cliniciens ne parlent pas tous de la même façon de la spiritualité et que les différences sont attribuables en grande partie à la « culture » propre de chaque profession du soin.

[pdf-embedder url=”https://www.aqsp.org//wp-content/uploads/securepdfs/2015/06/JOBIN-Guy_D10.pdf”]